Presentation de la saison 2021/2022 a l’Opéra de Marseille par Maurice Xiberras le Directeur General

Monsieur Xiberras, la nouvelle saison, que l’on ne peut pas encore appeler après covid car les contraintes sanitaires sont toujours nombreuses, s’annonce, prometteuse de grands et bons moments de musque en live. Moments de plaisir pour le public, privé depuis trop longtemps de salles de théâtre et de concerts, et plaisir aussi pour les artistes qui vont enfin retrouver le public. Mais avant de nous présenter cette nouvelle saison, parlez-nous de la saison dernière qui a certainement été un véritable cauchemar pour les artistes et pour vous-même en tant que directeur de l’Opéra de Marseille.
Diriger une grande maison comme la nôtre, saison après saison apporte toujours son lot de stress et de frayeurs ; je suis en poste depuis 2001, travaillant avec madame Renée Auphan la directrice de l’époque, puis directeur à part entière depuis son départ en 2008, et je dois dire que nous n’avons jamais vécu ni même imaginé une pareille situation. Des réductions de postes, de budgets amenant à des changements de programmations, problèmes que nous arrivions à résoudre, mais une fermeture des théâtres du jour au lendemain, jamais ! Il a fallu s’adapter aux injonctions gouvernementales tout en essayant de sauver ce qui pouvait l’être, c’est à dire les artistes. J’ai réussi le tour de force de n’annuler aucun contrat. Les ouvrages prévus ont presque tous été joués, en respectant les normes sanitaires, sans public, avec des réductions d’effectifs voire d’instruments, avec aussi pour certains ouvrages le chœur chantant dans la salle. Des enregistrements télé, en streaming, des enregistrements d’archives, sans rupture de contrats pour les artistes, nous avons même reçu des félicitations pour cela. Mais nous espérons que ce cauchemar est derrière nous et que nous pouvons aborder cette nouvelle saison avec sérénité. Sept ouvrages dont un seulement, en version concert. Les programmations s’établissent trois ans en avance, et le moindre grain de sable devient un énorme casse-tête. Je ne suis pas un directeur révolutionnaire et le public marseillais est très attaché au répertoire avec des mises en scène qui respectent les livrets, et traditionnellement très attaché aux voix, même s’il est un peu moins “terrible” qu’il y a vingt ans. Je suis toujours dans la recherche d’un plateau équilibré avec une distribution qui respecte les exigences des rôles. J’aime découvrir des artistes et les suivre sur plusieurs années, leur proposer des prises de rôles sans jamais les emmener sur des chemins qui ne seraient pas adaptés à leur voix. Il faut avoir un grand respect pour les artistes et ne jamais les mettre en danger. Nous avons aussi à Marseille l’envie de faire redécouvrir certains ouvrages au public. Ainsi, cette saison s’ouvre avec Guillaume Tell de Gioachino Rossini, absent de cette scène depuis plus d’un demi-siècle. Ouvrage d’une grande exigence pour le ténor, avec de nombreuses prises de rôles. C’est aussi un clin d’œil à Johann Friedrich von Schiller qui a inspiré Etienne de Jouy pour le livret, et Schiller encore pour Don Carlo qui termine la saison. Nous aurons de nouvelles voix, de jeunes artistes, certains qui me tiennent très à cœur car ils ont débuté à Marseille, mais aussi des artistes venus de Bayreuth tels Petra Lang ou Samuel Youn pour La Walkyrie de Richard Wagner. J’ai essayé d’élaborer une saison équilibrée avec des compositeurs qui vont de Rossini à Verdi en passant par Mozart, Wagner ou Massenet pour ne pas oublier la musique française, mais aussi Jacques Offenbach et son Voyage dans la lune, ouvrage peu joué, pour des fêtes de fin d’année que nous espérons joyeuses. La saison symphonique, pensée avec Lawrence Foster notre directeur musical, se veut originale avec un concerto pour guitare, des compositeurs divers et surtout une mise à l’honneur des solistes de l’orchestre qui vont s’exprimer sur le devant de la scène. Nous espérons tous vivement que le public va partager notre enthousiasme et retrouver le chemin de l’Opéra de Marseille pour son plaisir et celui des artistes. ©Photo Christophe Billert
En pièce-jointe la brochure de la saison 2021/2022.

Lascia un commento